Un jeune qui parle le langage des jeunes

 Une fête et une participation à la nouvelle évangélisation à Budapest

 

WhatsApp Image 2016-09-07 at 15.48.03

HungaRio (un peu de hongrois et un peu de Rio, la fameuse ville brésilienne) est le nom, choisi avec créativité, de la fête organisée par la Communauté Catholique Shalom et qui attire des dizaines de jeunes dans la capitale hongroise tous les 3 mois. Fruit d’une collaboration entre l’Archidiocèse de Budapest et la Communauté, l’évènement a eu lieu pour la première fois il y a 4 ans, inspiré par l’historique « sandwicherie du Seigneur », qui a donné lieu à la fondation de la Communauté Shalom.

Les missionnaires de la Communauté Shalom racontent que l’initiative est née deux ans et demi après la fondation du premier noyau de la Communauté à Budapest. L’Archidiocèse a accepté de louer un bar que la Communauté utiliserait comme pôle d’attraction de jeunes : les jeunes missionnaires, aidés d’autres jeunes proches de la Communauté, y faisaient la connaissance d’autres personnes et établissaient ainsi des liens d’amitié. De ces amitiés naissaient spontanément des invitations à connaître la maison communautaire, lieu de vie des missionnaires à Budapest, et cœur de l’œuvre évangélisatrice que ceux-ci développent dans la ville. Ces jeunes de la capitale étaient également invités à participer à des rencontres ou à des retraites spirituelles pour les aider à cheminer dans la foi.

WhatsApp Image 2016-09-07 at 15.32.27Carolina Costa, missionnaire de la Communauté Shalom à Budapest, et une de initiatrices du HongaRio, raconte que la formule ‘jeunes qui évangélisent d’autres jeunes” est le secret du succès de l’évènement. «Nous avons vu dès le début un grand engagement des jeunes que nous connaissions déjà et qui participaient au groupe de prière que nous venions de commencer. Tous étaient de la partie et disposés à apporter une nouveauté à la ville de Budapest. En vérité, ce sont eux, les jeunes, qui organisaient la fête. Nous, les missionnaires, ne faisions que les soutenir matériellement et spirituellement. C’est là le grand secret de notre parcours évangélisateur ici dans la capitale hongroise».

Les fêtes HungaRio sont constituées de musique, de danse, de représentations théâtrales, de jeux et de beaucoup de conversations entre jeunes. Il est également très important que l’invitation à participer à un week-end spirituel soit faite personnellement aux jeunes, au cours de la fête. Carolina affirme que de nombreux jeunes finissent par poser ce ‘pas de foi’ et participent à des rencontres spirituelles après avoir vu des jeunes participant aux activités de la Communauté Shalom ne pas perdre leur « jeunesse », mais au contraire, la vivre en donnant un témoignage joyeux, sans perdre la nouveauté de l’Evangile.

WhatsApp Image 2016-09-07 at 15.32.26Toute cette dynamique d’engagement des jeunes a donné lieu, dès le début de 2015, à une autre initiative qui a mobilisé le noyau missionnaire de la Communauté Shalom à Budapest: la «librairie mobile» et «l’atelier d’icônes». La soif de ‘formation chrétienne’ parmi les jeunes qui posaient un pas dans la foi, nous a poussés à constituer une équipe, dirigée par le missionnaire Anderson Silva, pour encourager la prière des jeunes. Aujourd’hui le groupe se réunit tous les mercredis pour produire de nouvelles icônes (il s’agit d’images collées sur du bois pour faciliter l’accès financier des jeunes et de ceux qui ne peuvent pas s’offrir une icône écrite par un iconographe, à cet instrument de prière).

Ces derniers mois, la créativité de la jeunesse a donné d’autres fruits à la production: des cahiers de prière spécialement décorés, des aimants avec des messages chrétiens, et des articles qui peuvent servir de ‘cadeaux qui évangélisent’. Tous les produits sont emportés par les missionnaires et les jeunes lors de leurs visites aux paroisses, ou encore par l’équipe de musique et de danse de la Communauté Shalom dans les concerts qu’elle réalise, aussi bien dans la capitale que dans d’autres villes du pays. Dans le froid de l’hiver hongrois, la librairie mobile invite également ceux qui s’en approchent à prendre un thé. Anderson Silva explique que «c’est notre façon, en buvant un thé ensemble, de ne pas seulement chercher à vendre nos produits, mais à établir de nouveaux contacts pour notre service évangélisateur et toucher ainsi d’autres jeunes».

Rafael d’Aqui

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *