Formation

Jean Baptiste, témoin de Celui qui vient

livro joao batistaAu long de la Liturgie, nous avons très souvent la figure de Saint Jean Baptiste. En une autre année, nous avons eu déjà eu l’opportunité de méditer Saint Jean Baptiste comme le saint de la joie spirituelle (voir « Les 7 joies de Jean Baptiste », sur le site de notre communauté www.comshalom.org/fr). Maintenant nous voulons contempler Jean Baptiste en tant que témoin, « martyr », en grec.

La naissance de Jean Baptiste apporte déjà à son village des signes d’un nouveau temps : la louange et la guérison. Guérison de son père qui est resté muet après avoir péché par incrédulité. Dieu l’invitait au silence qui conduit à la contemplation de son œuvre. Cesse de parler, Zacharie, apprends à faire silence pour contempler les merveilles de Dieu dans le sein de ta femme. Il retrouvera sa parle quand il dira le nom de Jean, qui signifie : Dieu fait Grâce. La naissance de Jean Baptiste est déjà témoignage qu’un temps de Grâce vient d’arriver : Kairos, le temps de la Grâce de Dieu !

Jean Baptiste témoignera que Dieu n’envoie plus un autre, mais qu’il vient lui-même. Dieu est là ! Cependant, Dieu vient d’une façon tout à fait inouïe : dans le secret. « Dieu révèle les mystères cachés aux âmes cachées » (Cardinal Daniélou). Saint Ignace d’Antioche disait que « les mystères de Dieu sont des mystères éclatants accomplis dans le silence de Dieu. » Dieu fait irruption doucement, mais c’est toujours « Celui qui enlève le péché du monde » (Jn 1,29)

Lorsque Dieu vient dans son Fils au cœur de l’humanité, dans notre cœur, Il enlève la domination du péché. Il établit le Royaume de Dieu. Le Pape Benoît XVI dit que « Royaume de Dieu »  veut dire « Seigneurie de Dieu ». Jean nous témoigne que Jésus, Fils de Dieu, Agneau de Dieu, établit la Seigneurie de l’Amour dans notre cœur et ainsi toute domination de l’égoïsme, de l’indifférence, de la haine, du manque de pardon, du péché sera jetée dehors de notre cœur.

Jean nous apprend que nous devons tout recevoir du ciel : « Un homme ne peut rien s’attribuer sauf ce qu’il a reçu du Ciel » (Jn 3,27). L’homme doit être accueil du ciel, de ce lieu où la Volonté de Dieu est toujours faite : « que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » (Mt 6,10). Nous recevons du Ciel, du Père, la personne du Fils, en qui nous pouvons tout faire. Le Père nous donne en Jésus la vie divine, la vie de Charité vécue par Jésus. Voilà notre trésor, voilà ce dont nous pouvons nous attribuer. Nous pouvons dire comme le Fils prodigue, mais dans un tout autre sens : « Donne-moi ma part d’héritage ! » Donne-moi ce dont tu veux combler les hommes, le don du ciel, Jésus ! Prépare-moi à accueillir les dons impérissables !

Jean est témoin du bonheur d’être ami de Dieu : « Quant à l’ami de l’Epoux, il se tient là, il entend la voix de l’Epoux, et il en est tout joyeux. C’est ma joie, et elle est complète ! » (Jn 3, 29) Vouloir être ami de Dieu ! Quel programme de vie ! Et Dieu pose son regard sur de tels hommes : « Ce regard se fixe sur les hommes qui ne se contentent pas de ce qui existe, qui n’étouffent pas l’inquiétude du cœur incitant l’homme à se dépasser et le poussant à entreprendre un chemin intérieur, tel les Mages d’Orient à la recherche de Jésus. Ces personnes possèdent une sensibilité intérieure leur permettant d’entendre et de voir les signes imperceptibles que Dieu envoie dans le monde et qui brisent la dictature de l’habitude. » (Benoît XVI, ‘Jésus de Nazareth’)

L’ami de Dieu sait que Dieu veut son bonheur. Et le seul bonheur éternel, le seul digne d’un ami de Dieu, c’est la sainteté. L’ami de Dieu -Jean et chacun de nous !- comprend la nécessité d’un chemin de purification de son cœur, d’une vie pénitente. Cette vie toute faite d’attention aux réalités d’en haut, de vigilance amoureuse vis-à-vis de ce qui peut se glisser dans son cœur et qui l’éloigne de son ami, Dieu. Attention à ce qui peut blesser l’intégrité de son cœur (mauvaises lectures, émissions de télé tout à fait contre l’Esprit de l’Evangile, péché de médisance, etc.)

Jean Baptiste nous apprend à évangéliser ! A crier sans cesse qu’il est là, l’Agneau ! Il nous conduit à ne pas avoir peur de tout risquer pour cet ami, à témoigner la vérité jusqu’à l’effusion du sang. Evangéliser, c’est être un « évangile vivant », c’est naître pour Dieu et pour les autres, grandir en sagesse, annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus, guérir, sauver, pardonner, laver les pieds des frères, se laisser crucifier et ressusciter avec le Christ ! C’est « laisser que Jésus grandisse et que je diminue » (Jn 3,30)

livro_montagemJean Baptiste est modèle dans l’épreuve. Quand il fait ses disciples aller demander à Jésus si c’était bien lui qui devait venir ou il fallait attendre un autre, nous voyons bien ici un homme qui est au cœur d’une nuit de la foi. « Cette partie de la vie de Jean Baptiste est aussi une période d’épreuve où sa sainteté s’approfondit et s’affermit. L’amour, dit le Cantique des Cantiques, est fort comme la mort ; mais il ne devient tout à fait solide qu’après avoir été éprouvé ; c’est alors qu’il s’enracine profondément. A la fin de sa vie, loin d’être honoré par des récompenses humaines de ce qu’il fait, il s’enfonce dans une totale pauvreté et un total dénuement. Qu’est-ce que Dieu lui donne alors ? Les épreuves intérieures, qui donnent l’impression que sa foi même est ébranlée. Cependant, la foi de Jean n’est pas ébranlée, elle est éprouvée par ce qui éprouve toujours la foi : la manière dont les choses se passent. Jean attendait une manifestation messianique au sens le plus religieux pour les juifs pieux de son époque : non une victoire politique, mais une manifestation de Dieu dans le désert. Or, les choses ne se passent aucunement de cette manière. Jean est dans l’obscurité totale, et on comprend pour quoi il demande à Jésus une confirmation. Face à sa nuit obscure de la foi, Jean est pour nous exemplaire : il se tourne vers Jésus lui-même. » (Cardinal Jean Daniélou)

« Telle est la tendresse du cœur de notre Dieu ! » (Jn 1,78) La vie toute entière de Jean Baptiste révèle la tendresse du Cœur de Dieu. Que ce grand saint, le plus grand de tous, comme disait Jésus, nous aide à vivre la nouveauté de Dieu au sein de nos existences. Afin que notre joie soit complète…

Daniel Ramos – Membre de la Communauté Catholique Shalom

Auteur du livre “Jean Baptiste prophète de l’Amour Sponsal


Commentaires

Attention : nous souhaitons vous rappeler qu’intellectuellement et moralement, vous êtes le seul responsable des textes que vous écrivez, et qu'ils ne représentent pas l'opinion de la Communauté Shalom. Les commentaires vulgaires, agressifs, outranciers, blasphématoires, sacrilèges ; ceux contenant des insultes, des dénigrements, des propos pornographiques, sont interdits. Les éditeurs se réservent le droit de supprimer sans préavis les commenaites qui ne respectent pas ces règles ou sont hors sujet.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *