Formation

Jean Paul II et la vocation Shalom

9 juillet 1980. Le Pape Jean-Paul II, en visite au Brésil, était à Fortaleza à l’occasion de l’ouverture du 10e Congrès Eucharistique International. Moysés Azevedo, qui allait devenir le fondateur de la Communauté Catholique Shalom, alors âgé de 20 ans, avait été choisi par l’archevêque de Fortaleza, Don Aloísio Lorscheider, pour offrir un cadeau au Pape au nom des jeunes de l’archidiocèse. Après avoir prié, il décida d’offrir sa propre vie au Pape Jean-Paul II pour l’évangélisation des jeunes et de tous ceux qui étaient loin du Christ et de l’Église. Là, « aux pieds de Pierre », la Communauté Catholique Shalom a germé, ses membres aiment se déclarer fils de Jean-Paul II, éduqués par lui, élevés en sa présence et héritiers d’un riche patrimoine doctrinal et spirituel.

Dans cet article sommaire, nous réfléchirons sur trois caractéristiques qui unissent le Pape polonais à la Communauté née à Fortaleza, et font entrevoir une partie du merveilleux travail de l’Esprit dans l’Église à l’heure actuelle, la renouvelant, l’édifiant et la guidant avec « différents dons hiérarchiques et charismatiques » [1].

 

  1. Apôtres de la miséricorde

Jean-Paul II était un excellent annonciateur de la Miséricorde Divine. Il a écrit une encyclique sur le sujet, intitulée Dives in Misericordia, publiée de manière fortuite en 1980, année de l’offrande mémorable de Moysés Azevedo. Il voulait rendre visite et pardonner à Ali Agca, l’auteur de l’attentat. En 2000, à l’occasion de la canonisation de Sainte Faustine, il institua la fête de la Miséricorde Divine pour toute l’Église. Le 17 août 2002, dans le sanctuaire de la Miséricorde Divine à Łagiewniki, à Cracovie, il a solennellement confié le monde à la Miséricorde Divine.

Cependant, l’apogée de son apostolat de miséricorde fut probablement ses derniers jours de vie, de maladie et de souffrance, vécus en union étroite avec le Christ. En fait, ce n’est pas un hasard si la providence de Dieu a voulu que sa mort ait lieu la veille de la fête de la Miséricorde Divine, un scénario dans lequel sa béatification et sa canonisation ont eu lieu. À cette occasion, l’Église du monde entier entend l’histoire de l’apparition du Christ ressuscité qui montre les blessures de sa crucifixion aux apôtres et répète : Paix à vous ! [2].

Ce passage de la Bible est également fondamental pour la Communauté Shalom, qui, à partir de là, écoute son propre nom né des lèvres du Christ ressuscité. Cette expérience avec le Christ ressuscité qui est passé par la Croix est le fondement du Charisme Shalom [3]. La véritable Paix n’est pas l’absence de guerre, mais plutôt la réconciliation faite par Christ, dans sa chair, entre l’homme pécheur et le Père des miséricordes [4]. L’apostolat de la Communauté Shalom est donc un apostolat de miséricorde. Selon les mots de Moysés Azevedo, l’action évangélisatrice menée par la Communauté « est une oeuvre qui naît du cœur miséricordieux du Christ » ; ceux qui sont impliqués dans cette action, les membres de la Communauté et des groupes de prière Shalom, sont « des instruments joyeux de l’amour et de la miséricorde de Dieu ». La Communauté Shalom sait, avec Jean-Paul II, que « le monde d’aujourd’hui sera évangélisé par la miséricorde » [5].

 

  1. Nouvelle évangélisation

Jean-Paul II a introduit l’expression « nouvelle évangélisation » (Nova Huta, 9 juin 1979), en précisant ensuite son sens : on peut parler de « nouvelle évangélisation » si elle est : « nouvelle dans son ardeur, nouvelle dans ses méthodes, nouvelle dans ses expressions  » [6].

Dans les écrits du Fondateur de la Communauté Shalom, le thème de la nouvelle évangélisation est abondant. L’ardeur nouvelle, présente dans le cœur de Moysés Azevedo, lors de cette première rencontre avec le Pape Jean-Paul II peut se voir, par exemple, dans les mots suivants :

« Ce jour-là (…) une seule chose habitait mon cœur : je voulais répondre par l’offrande de ma vie à l’appel de Dieu résonnant au plus profond de mon être, et à celui de l’humanité qui gémit et qui souffre en attendant la manifestation des fils de Dieu” [7].

L’idée de la sandwicherie comme première interface entre les jeunes et l’Évangile est un exemple de la nouveauté des méthodes et des expressions de l’évangélisation promus par la Communauté Shalom.

« Avec l’offrande de la vie en Christ, l’audace, la joie et la créativité sont des éléments indispensables à nos actions évangélisatrices. Nous devons être dans un processus continuel de renouvellement de notre action évangélisatrice  » [8].

 

  1. Primauté des jeunes

Le Pape polonais avait un amour particulier pour les jeunes : il a créé les Journées Mondiales de la Jeunesse, il les appelait « chers amis » [9], il a toujours favorisé la rencontre avec eux, il leurs a dédié 154 discours, 34 homélies, 19 messages ; en eux, il a vu la capacité de poursuivre les idéaux les plus élevés. Il les considérait comme « l’espérance de l’Église » et, dans un certain sens, la source de sa jeunesse pérenne [10].

« Née parmi les jeunes, que la Communauté (Shalom) ait envers eux un amour et un dévouement tout particulier » [11]. La primauté de l’évangélisation des jeunes n’est pas un fait occasionnel, mais une partie de la grâce fondatrice du charisme. On peut dire que les jeunes sont le « chemin » de la Communauté Shalom, en ce sens que, dès le début de son histoire, un peuple de disciples et de ministres de la Paix a commencé par évangéliser les jeunes et a poursuivi le mouvement avec leur protagonisme. Enfin, les membres de la communauté Shalom doivent « cultiver continuellement leur ardeur juvénile et ne cesser d’entretenir la jeunesse spirituelle” qui les caractérise [12].

  1. Conclusion

« Seul l’Esprit Saint peut susciter la diversité, la multiplicité et, en même temps, opérer l’unité. » [13]. A cette époque, à travers différentes voix, l’Esprit chante « miséricorde », « nouvelle évangélisation », « jeunesse », pour proclamer la même Bonne Nouvelle du Christ au monde.

 


[1] Cfr. Lumen Gentium, 4.

[2] Cfr. Omelia, 30 aprile 2000.

[3] Cfr. M. Azevedo, Scritti, Lettera alla Comunità, 48.

[4] Cfr. Idem.

[5] Azevedo, Scritti, Lettera alla Comunità, 157.

[6] Cfr. Omelia, Uruguay, 9 maggio 1988 disponibile in https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/it/homilies/1988/documents/hf_jp-ii_hom_19880509_salto.html.

[7] Azevedo, Scritti, Lettera alla Comunità, 133.

[8] Ibidem, 155.

[9] Lettera Apostolica in occasione dell’anno Internazionale della Gioventù disponibile in https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/it/apost_letters/1985/documents/hf_jp-ii_apl_31031985_dilecti-amici.html.

[10] Cfr. Ibidem, 1

[11] Statuti della Comunità Cattolica Shalom, Preambolo.

[12] Cfr. Idem.

[13] Papa Francesco, Omelia, 29 novembre 2014, disponibile in https://w2.vatican.va/content/francesco/it/homilies/2014/documents/papa-francesco_20141129_omelia-turchia.html

 

Commentaires

Attention : nous souhaitons vous rappeler qu’intellectuellement et moralement, vous êtes le seul responsable des textes que vous écrivez, et qu'ils ne représentent pas l'opinion de la Communauté Shalom. Les commentaires vulgaires, agressifs, outranciers, blasphématoires, sacrilèges ; ceux contenant des insultes, des dénigrements, des propos pornographiques, sont interdits. Les éditeurs se réservent le droit de supprimer sans préavis les commenaites qui ne respectent pas ces règles ou sont hors sujet.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *