Eglise

La Croix des jeunes

Plus de 30 ans de voyage autour du monde pour rejoindre les jeunes.

On la connaît comme la «Croix de l’Année Sainte», la «Croix du Jubilé», la «Croix des JMJ», la «Croix pèlerine»; beaucoup l’appellent la «Croix des jeunes», parce qu’elle a été donnée aux jeunes afin qu’ils la portent dans le monde entier, en tout lieu et en tout temps. Voici son histoire !

En 1984, à l’occasion de l’Année Sainte de la Rédemption, le Pape Jean-Paul II décide qu’une croix, symbole de la foi, soit dressée près de l’autel majeur de la Basilique Saint-Pierre, de sorte que tous puissent bien la voir. Selon son désir, une grande Croix en bois de plus de 3 mètres de hauteur (3,80 m) est alors installée près de l’autel.

À la fin de cette Année Sainte, après la fermeture de la Porte Sainte, s’adressant aux jeunes du Centre International des Jeunes San Lorenzo à Rome, le Pape, à travers eux, confie cette croix à la jeunesse du monde entier :

« Très chers jeunes, à la fin de l’Année Sainte, je vous confie le signe de cette Année Jubilaire : la Croix du Christ ! Portez-la dans le monde comme signe de l’amour du Seigneur Jésus pour l’humanité et annoncez à tous qu’il n’y a de salut et de rédemption que dans le Christ mort et ressuscité ».

Les jeunes accueillent ce souhait du Pape. Ils portent la croix au Centre San Lorenzo, qui devient sa demeure habituelle, chaque fois qu’elle revient d’un pèlerinage dans le monde.

La Croix de l’Année Sainte (nom qui lui est dès lors attribué) fait son premier pèlerinage en juillet 1984, se rendant à Munich en Allemagne pour la Katholikentag (Journée des Catholiques). S’agissant d’une simple croix en bois, au début les gens ne comprennent pas ce qu’elle a de spécial. Peu à peu cependant ils se rendent compte que la Croix est venue là en mission, selon le désir du Pape.

L’Année 1985 est proclamée par l’ONU l’Année Internationale de la Jeunesse ; le Dimanche des Rameaux,  300.000 jeunes participent à une rencontre avec le Pape sur la place Saint-Pierre et la Croix est avec eux. Cette année-là, la Croix est portée dans différentes parties d’Europe : Italie, France, Luxembourg, Irlande, Écosse, Malte et Allemagne ; partout elle est conduite en pèlerinage, protagoniste du Chemin de Croix dans les rues de chaque ville qui l’accueille et présente aux différents rassemblements de jeunes. En décembre 1985, le Pape Jean-Paul II annonce qu’à partir du Dimanche des Rameaux suivant, il y aurait chaque année une Journée Mondiale de la Jeunesse. (Les Journées Mondiales de la Jeunesse sont célébrées depuis lors chaque année au niveau diocésain.  À partir de 1987, tous les deux ou trois ans, dans le cadre de cette célébration, se tient une grande Rencontre Mondiale des Jeunes avec le Pape, chaque fois dans une ville d’un continent différent.)

Depuis lors, « la Croix pèlerine passe d’un continent à l’autre et les jeunes venus de tous les coins du monde se rassemblent pour témoigner ensemble que Jésus Christ est le même pour chacun, et que son message est toujours le même« . (Pape Jean-Paul II, Rencontre Mondiale des jeunes, Manille, janvier 1995).

À la fin de la messe des Rameaux de l’année 2003, Jean-Paul II donne aux jeunes une reproduction de l’Icône de Marie Salus Populi Romani (Cette reproduction de l’Icône, dont l’originale est conservée en la Basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome, occupe une place de choix durant les célébrations des JMJ 2000 à Tor Vergata.) :

« À la délégation venue d’Allemagne, je confie aujourd’hui l’Icône de Marie. Désormais, avec la Croix, elle accompagnera les Journées Mondiales de la Jeunesse. Elle sera le signe de la présence maternelle de Marie aux côtés des jeunes, appelés, comme l’apôtre Jean, à l’accueillir dans leur vie »

D’immenses distances sont parcourues et de plus en plus de jeunes sont touchés par la Croix et l’Icône des JMJ. Le pèlerinage continue, passe de main en main, de pays en pays et de génération en génération…

 

Traduction: Maylis Vigoureux


Commentaires

Attention : nous souhaitons vous rappeler qu’intellectuellement et moralement, vous êtes le seul responsable des textes que vous écrivez, et qu'ils ne représentent pas l'opinion de la Communauté Shalom. Les commentaires vulgaires, agressifs, outranciers, blasphématoires, sacrilèges ; ceux contenant des insultes, des dénigrements, des propos pornographiques, sont interdits. Les éditeurs se réservent le droit de supprimer sans préavis les commenaites qui ne respectent pas ces règles ou sont hors sujet.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *